Un espace sonore, lieu d’expression

« Mon approche du son dans le théâtre est à comprendre à travers mon expérience de metteuse en scène et de créatrice sonore. Plus qu’une simple illustration de l’action, pour moi le son est une création à part entière. Après les premiers enregistrements en ateliers, le son devient la colonne vertébrale du projet. Ainsi, dans mon travail sur Kiwi, j’exploite les perspectives dramaturgiques de la musique électro-acoustique. En dépassant le cadre de la musique acoustique, en ouvrant plusieurs nouvelles directions de mon approche artistique par la maîtrise de plusieurs logiciels (Reaper, Adobe Audition, SuperColider, …), je cherche à créer des objets et des espaces sonores à partir des textes et de la musicalité des paroles et des corps en mouvement. Cette création n’a pas d’autres instruments que les sons enregistrés à partir des personnes au plateau.


Pour moi, Kiwi est un terrain d’expérimentation fertile pour proposer quelque chose d’esthétiquement différent, tout en dynamisant l’action scénique. La création sonore vient traduire l’ambiance obscure du récit. La création du chœur qui accompagne les deux comédiens, est un défi important pour mon travail : comment remplacer des personnes vivantes par un son de haut-parleurs ? Comment communiquer au public la peur, l’obscurité et l’angoisse, mais aussi l’espoir et la conviction de cette œuvre ?

Enfin, par sa dimension enveloppante, le son peut fonctionner comme un moyen d’inclure un peu plus le spectateur dans le spectacle, telle une lumière qui se tourne vers le public. »

Anastasia Chintzoglou